416 visites, 481 pages affichées Administration
Bienvenue ! Login
AAQ.CA Autochtones Indiens
La Cie JEG International prend la Communauté Métisse de l’Estrie sous son aile
Jeudi, 15 février 2007

La Cie JEG International prend la Communauté Métisse de l’Estrie sous son aile.
Par Raymond Cyr

JEG international, une compagnie estrienne dynamique spécialisée dans la récupération à gros volumes de métaux, héberge gracieusement l’administration de Communauté Métisse de l’Estrie (CME). La compagnie met à la disposition de la communauté toutes les accommodations que peut s’offrir un bureau à la fine pointe de la technologie. De plus, ces rudes entrepreneurs salarient une employée qui assure un service permanent aux Métis de la communauté. Ainsi, l’administration de la Communauté est pleinement opérationnelle.

PERSONNEL CADRE ET ADMINISTRATIF DE JEG INTERNATIONAL


Monsieur Éric Dubé, Métis, propriétaire actionnaire et administrateur de JEG International


Monsieur Georges Letendre (dit Batoche), Métis, propriétaire actionnaire et administrateur de JEG International


Monsieur Jean (John) Dubé, Métis, propriétaire actionnaire et administrateur de JEG International


Monsieur Pierre-Paul Bourassa, Métis, surintendant chez JEG International


Madame Lyne Johnson, Métisse, secrétaire administrative de JEG International


Madame Danielle Robineau, Métisse, secrétaire réceptionniste responsable des relations autochtones courantes entre JEG International et Communauté Métisse de l’Estrie.

Les affaires sont familières aux Métis. Le monde du négoce est inhérent à leur histoire et à leur culture. Il explique le fait d’une nation d’Est en Ouest.
http://www.autochtones.ca/portal/fr/ArticleView.php?article_id=378

À l’époque, les Métis furent les incontournables intermédiaires naturels par lesquels le commerce des fourrures fut possible entre les Premières Nations et les Européens venus ici sur notre sol. Les compagnies de la Baie d’Hudson et du Nord-Ouest ne purent opérer que grâce à eux.

Là et comme ailleurs en ce temps, question d’exemplifier par deux personnages historiques, voyons Monsieur Xavier Letendre dit Batoche et Monsieur Jean Louis Légaré (Sask.), agents du développement économique au nord et au sud de la Saskatchewan.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Batoche

http://www.sasked.gov.sk.ca/docs/francais/fransk/schumaines/6e/u3/a3.html

Nous tenons à préciser que les origines métisses des hommes sont fermement ancrées dans l’Est, en Nouvelle-France chez les Batoche et en Acadie chez les Légaré.

Remarquons que l’un et l’autre des deux hommes d’affaires conduisirent les Métis du Manitoba (manito baw) plus loin à l’Ouest après les troubles de 1869-70 alors que l’on envahissait les vieilles terres métisses.

http://www.collectionscanada.ca/publications/002/015002-2230-f.html

Là encore et encore comme maintenant dans l’Est, c’est un Letendre dit Batoche qui affirme d’évidence le caractère entrepreneurial des Métis. Hasard ? Non. Continuité. Histoires de Métis.

Y aurait-il une société métisse, voire une nation d’Est en Ouest sans ces entrepreneurs qui articulèrent des systèmes économiques qui ont assuré la maintenance de communautés métisses structurées ? La réponse va de soi. Certes, ce ne fut jamais l’aide d’un gouvernement qui aura permis la cohésion des communautés métisses (par opposition à celles des réserves) mais la volonté de survivance acharnée de ces Autochtones qui ont intégré le meilleur de deux mondes et produit une culture unique à laquelle participe le commerce.

Communauté Métisse de l’Estrie est ici fière de rendre hommage à quelques uns de ses fiers bâtisseurs.

Notes complémentaires :

Willow Bunch est l’une des plus vieilles communautés métisses de la Saskatchewan.

http://www.fransaskois.sk.ca/communaute/community/wb/chapitre2.htm

Cet endroit a vu grandir des gens connus : le géant Beaupré, le groupe Heart Rouge et la chanteuse Carmen Campagne.

http://www.qim.com/artistes/biographie.asp?artistid=460

Un autre célèbre personnage de Willow Bunch est le grand chef sioux Sitting Bull. Jean Louis Légaré nourrit Sitting Bull (1876) et les siens ce, à ses propres frais pendant toute la durée de son séjour en tant que réfugié des États-Unis venu au Canada (fuyant l’armée américaine après avoir vaincu les troupes du général Custer à Little Big Horn dans le Dakota).

http://www.culture-amerindiens.com/article-1306070.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Little_Big_Horn
 

Haut de la page
 

Accueil Articles Événements Liens Annonces Discussions Mon Portail Devenir Membre Administration

Copyright © Jean Jolicoeur. Tous droits réservés.