81 visites, 283 pages affichées Administration
Bienvenue ! Login
AAQ.CA Autochtones Indiens
Ismène Toussaint rend hommage à Guéganne
ON SE SOUVIENDRA DU PEUPLE OUBLIÉ : LES MÉTIS DU NOUVEAU-BRUNSWICK


Guéganne
Artiste-peintre, Guéganne est aussi une voix et une plume avisée dans la défense de la Nation métisse. J’en veux pour preuve cette lettre-article qu’elle adressait au mois de janvier dernier à Mme Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada, pour attirer son attention sur les Métis du Nouveau-Brunswick – les «parents pauvres» de cette cause, dont leurs frères et sœurs de l’Ouest ont reconnu officiellement l’existence le 11 octobre 2006. Sans tomber dans le piège du misérabilisme ou des revendications simplistes, elle témoigne tout simplement, avec pudeur et dignité, de la survivance d’un peuple fier et en marche vers son nouveau destin, que l’hypocrisie des gouvernements persiste à ignorer en dépit de son inscription dans l’article 35 de la Constitution canadienne. Signalons que Guéganne, représentante culturelle de sa province dans l’Union métisse Est-Ouest, a été nommée début janvier membre de l’Académie internationale des Beaux-Arts de Québec et que le théâtre Foreninger de Vordinborg (Danemark) vient de choisir son tableau, «Rigoletto», pour illustrer le programme de l’opéra éponyme de Verdi, qui sera chanté en octobre 2007 dans le cadre du festival musical Musikforeninger Cæcilia (www.gueganne.com).

Ismène Toussaint


ON SE SOUVIENDRA DU PEUPLE OUBLIÉ : LES MÉTIS DU NOUVEAU BRUNSWICK

par Guéganne

Les Métis du Nouveau-Brunswick ont pendant longtemps été le peuple oublié du Canada et cette situation existe toujours aujourd’hui.

Pendant la Confédération, les Métis de l’Est du Canada ont été assimilés aux autres peuples de notre société afin de les rendre semblables soit aux Autochtones soit aux Acadiens. Pour cette raison, nous sommes devenus, les Métis, un peuple oublié ou le peuple caché. Aujourd’hui, nous sommes une nation inconnue, coincée entre deux cultures. Nos souvenirs vagues des Métis sont d’habitude liés à la pénible lutte menée contre Louis Riel. Les Métis du Nouveau-Brunswick présentent, au-delà de toute cause politique, une culture qui fait incontestablement partie de la mosaïque canadienne.

Politiquement, les Métis du Nouveau-Brunswick ne sont pas reconnus par la Constitution canadienne et nous ne faisons pas partie de la grande Confédération des Peuples autochtones en Amérique du Nord. Puisque la Constitution du Canada reconnaît et confirme les droits et traités des peuples autochtones, incluant ceux des Métis, il est juste et désirable que le Canada, le Nouveau-Brunswick et les Premières Nations consentent à reconnaître la contribution faite par les Métis du Nouveau-Brunswick.

Les Métis doivent être reconnus pour le rôle qu’ils ont joué dans le développement de la Confédération canadienne, ainsi que celui du Nouveau-Brunswick et les autres provinces. Pour les Métis de l’Est, tout comme nos frères et sœurs de la Nation métisse de l’Ouest, nous n’avons jamais abandonné cette lutte à revendiquer notre place pour être acceptés et reconnus pour ce que nous sommes et ce que nous avons toujours été.

Nous avons toujours joué un rôle fondamental et nous avons notre place spirituelle dans le processus de guérison et de réconciliation entre les Premières Nations, les Nouveau-Brunswickois et les Canadiens.

Nous les Métis de la province du Nouveau-Brunswick ne faisons pas partie ni par circonstance ni par privation d’appartenance à l’une ou l’autre de nos Nations d’origine. Nous n’appartenons qu’à la Nation métisse, notre Nation.

On se souviendra du peuple oublié.
 

Haut de la page
 

Accueil Articles Événements Liens Annonces Discussions Mon Portail Devenir Membre Administration

Copyright © Jean Jolicoeur. Tous droits réservés.